« LE MANS » un 26 MAI 1923

Dernières Nouvelles de l'industrie

« LE MANS » un 26 MAI 1923

 

route pavée1923

Journée mémorable s’il en fut … A 16 Heures CHARLES FAROUX, journaliste, technicien, animateur éclectique (de surcroît champion de billard et polytechnicien) donne le départ d’une épreuve automobile, absolument inédite, se disputant sur 24 Heures.
Grâce à ses efforts, conjugués à ceux des responsables de l’A.C.O., et plus spécialement de Monsieur GEORGES DURAND et d’un industriel Monsieur EMILE COQUILLE, la course automobile, qui allait devenir, la plus célèbre du monde, celle qui constitue le trophée le plus envié, aussi bien pour le constructeur que pour le pilote, était née.
L’Histoire des 24 HEURES (insuffisamment connue) est intimement liée à celle de l’Automobile. Cette gigantesque épreuve, où les plus illustres champions du volant ont rivalisé de prouesses, où les chutes répétées de records ont si largement contribué aux progrès de la construction automobile, existe depuis bientôt un demi-siècle.
Les créateurs, animés par le goût du risque, sans lequel rien de grand ne se réalise, ont tracé la route et les dirigeants actuels de l’Automobile Club de l’Ouest ont repris le flambeau. Grâce à la continuité de leurs efforts, la qualité du circuit, l’ensemble de l’organisation s’améliore d’année en année.
Souhaitons à l’A.C.O., premier club automobile de France, d’offrir pendant longtemps encore, aux amateurs de sport automobile (et ils sont sans cesse plus nombreux) le spectacle prestigieux des 24 HEURES DU MANS.

(Extrait du Livre d’or des 24 Heures du Mans : La Manivelle Juin 1972)

A l’origine les 24 Heures, qui accueillaient les voitures les plus sophistiquées du moment, étaient un banc d’essais incomparable pour les grandes marques et bon nombres de systèmes actuels sont nés au Mans : le frein à disque, les boîtes de vitesse, les turbocompresseurs, le développement des éclairages … Le Mans avait une vocation de précurseur en matière de technologie automobile. Maintenant, c’est plus le marketing et l’image de marque qui priment sur le sport et les 24 Heures sont un enjeu commercial de plus en plus important. Une victoire au Mans représente une immense publicité et un chiffre d’affaire assuré pendant l’année qui suit. Tous les systèmes récents qui équipent de très nombreuses voitures de tourisme sont bannis au Mans et les voitures sont moins évoluées technologiquement que certains modèles de série, haut de gamme. Mais comme le déclare Hugues de Chaunac, patron d’Oreca, « grâce à la course on a cependant énormément progressé au plan de la sécurité. Et cela, en revanche, est transférable sur la série ».

A mon avis, les plus belles éditions, et les plus grands drames (Cf. Accident de 1955), sont derrière nous, à l’époque des grands duels Ferrari/Ford ou de l’épopée Porsche, au moment où la Formule 1 n’avait pas encore asphyxié le sport automobile. C’était l’époque où les écuries privées, comme celle de Jean Rondeau notamment, étaient en mesure de rivaliser avec les grands constructeurs. Le Mans restera toujours un immense événement médiatique mais des courses d’endurance plus récentes mériteraient plus de médiatisation et d’attention de la part des sponsors, des constructeurs et du public.

 editorial-editorial-29367

Le départ Type Le Mans

 «En 1925, pour la première fois, les voitures sont rangées en arrête face aux pilotes qui doivent courir, monter la capote s’il y a lieu et démarrer. Cette formule de départ « Le Mans » dure jusqu’en 1969, année où Jacky Ickx prend tout son temps pour s’installer et boucler son harnais, afin de bien montrer le danger de cette formule de départ … ce qui ne l’empêche pas de gagner la course. En 1970, les pilotes seront sanglés à bord des voitures, puis en 1971, le départ est donné lancé.»

(Intro extraite de « L’automobile de A à Z » aux éditions Du May)

S7-L-histoire-des-24-Heures-du-Mans dunlop

L’historique de la passerelle Dunlop

 «Aucun monument du sport automobile n’a été autant photographié que cette passerelle Dunlop. Edifiée dès la première édition de 1923, elle symbolise à elle seule le circuit du Mans, dont elle a accompagné l’épopée. Elle a survécu à toutes les modifications de tracé et emjambe aujourd’hui la courbe qui porte son nom. Cette année comme depuis soixante dix-sept ans, son anniversaire durera vingt-quatre heures. »

(« L’Equipe Magazine N°946 Juin 2000 »)

La tragédie de 1955

« … Les trois voitures engagées au Mans seront particulièrement soignées car Mercedes doit gagner cette course. Elles sont incroyablement fiables et rapides, on en chronomètre une à 286 km/h sur la ligne droite des Hunaudières. La presse française (L’Automobile) croit à un match Ferrari-Jaguar mais titre: «L’outsider Mercedes devra forcer pour risquer sa chance». On sait comment va se terminer la course: Pierre Levegh sur la Mercedes n° 20 va entrer dans la foule, suite à une collision avec une Austin Healey, tuant et décapitant les spectateurs sur plus de cinquante mètres. C’est l’accident le plus effroyable de toute l’histoire de la compétition automobile. Le journal Inter-Auto écrit : «…Des centaines de poitrines ont poussé un cri terrifiant. En explosant comme une bombe dans la foule, la Mercedes n° 20 a créé un vide de chair et de sang. C’est une vision de guerre. De ce parterre de corps torturés surgissent quelques blessés hagards. Le corps de Levegh retombé sur la piste, le crâne fracassé, brûle dans les lambeaux de vêtements qui restent collés à sa peau. De l’amas de ferrailles tordues monte une épaisse colonne de fumée qui cache aux spectateurs des tribunes cette scène de carnage … »

Ps.: Je vous recommande vivement d’aller sur le site de Gérard, où vous trouverez une analyse plus complète et plus détaillée de cet effroyable accident : Le site de Gérard M.

Les incroyables d’Hervé Guyomard:

Directeur du « Bugatti » depuis 1971, Hervé Guyomard collecte les anecdotes autour du circuit. Autant celles qu’il repère dans les publications de rencontres aue d’autres, beaucoup d’autres qu’il a vécu « en direct » ou au bord de la piste où il accueuille et guide maintes et personnalités du sport, des arts, de la politique ou du ghota mondain. « Ici je vis en marge de la ville mais j’ai aussi le sentiment de vivre avec le monde entier. Il vient chaque semaine des gens passionnants. Ce sera la richesse de ma vie professionnelle». Attaquons donc cet article avec l’homme qui a laissé dans l’esprit d’Hervé Guyomard une marque indélibile:

(Propos recueuillis par Alain Moro dans « La Vie Mancelle et Sarthoise » Numéro Exceptionnel 2000)

Le championnat du monde des marques

Au-delà des différents noms officiels qu’il reçut au fil des années et des diverses formules réglementaires auxquelles il fut lié, le championnat des marques ou des constructeurs fut pendant longtemps le seul parallèle valable à établir avec celui des conducteurs. Compétitions spectaculaires, entre des marques désormais entrées dans l’Histoire et la légende, duels riches en suspense entre des champions du volant, mais aussi tragédies sanglantes restent indissolublement liés à ce championnat.

Les grandes marques du Mans

«Il était une fois l’automobile… Ou plutôt, il était une fois la course automobile. Car l’un ne va pas sans l’autre : sitôt les premières voitures apparues, leurs propriétaires cherchèrent à prouver qu’ils avaient la plus belle et la plus rapide.
En 1906 apparaissent les premières courses en boucle, disputées sur des routes fermées pour l’occasion. Mais il faudra attendre 1908 pour voir le premier circuit au sens moderne du terme, avec revêtement en dur, à Brooklands en Angleterre. Dès lors, deux types de compétitions vont coexister et parfois s’affronter. D’un côté, les compétitions aujourd’hui incarnées par les rallyes où des voitures plus ou moins issues de la série empruntent des routes habituellement ouvertes à la circulation. De l’autre, celles réservées à des véhicules conçus pour la course qui se déroulent uniquement sur des pistes spécialement aménagées. C’est à cette dernière catégorie qu’est réservée exclusivement cet ouvrage. Mais ne nous y trompons pas, toutes les courses sur circuit ne se ressemblent pas. A l’instar des autres sports mécaniques, l’automobile offre deux conceptions radicalement différentes de la compétition : l’endurance et la vitesse pure.
Ainsi le lecteur trouvera dans ce livre l’évocation des bolides légendaires de l’endurance telles que la Bentley 4,5 litres Blower de 1929 victorieuse aux 24 Heures du Mans, les Porsche 956 et 962 qui régnèrent sur les circuits d’endurance pendant presque dix ans dans les années quatre-vingt. Des mécaniques exceptionnelles, des carrosseries extraordinaires… des bolides de légende!»

(Introduction extraite de « L’atlas des Bolides » des Editions Atlas)

Les vainqueurs

Année Nat. Marque Cyl. Equipage Distance Moy.
1923 Chenard & Walker 2978 André Lagache/René Léonard 2209.54 92.064
1924 Bentley 2995 John Duff/Frank Clément 2077.34 86.555
1925 Lorraine-Dietrich 3473 Gérard de Courcelles/André Rossignol 2233.98 93.082
1926 Lorraine-Dietrich 3446 Robert Bloch/André Rossignol 2552.41 106.350
1927 Bentley 2989 « Sammy » Davis/Dr John Benjafield 2369.81 98.740
1928 Bentley 4392 Woolf Barnato/Bernard Rubin 2669.27 111.219
1929 Bentley 6597 Woolf Barnato/Henry Birkin 2843.83 118.492
1930 Bentley 6597 Woolf Barnato/Glen Kidston 2930.66 122.111
1931 Alfa Romeo 2337 Lord Howe/Henry Birkin 3017.65 125.735
1932 Alfa Romeo 2337 Raymond Sommer/Luigi Chinetti 2954.04 123.084
1933 Alfa Romeo 2336 Raymond Sommer/Tazio Nuvolari 3144.04 131.001
1934 Alfa Romeo 2336 Philippe Etancelin/Luigi Chinetti 2886.94 120.289
1935 Lagonda 4451 John Hindmarsh/Luis Fontes 3006.80 125.283
1937 Bugatti 3266 Jean-Pierre Wimille/Robert Benoist 3287.94 136.997
1938 Delahaye 3558 Eugène Chaboud/Jean Tréboulet 3180.94 132.539
1939 Bugatti 3251 Jean-Pierre Wimille/Pierre Veyron 3354.76 139.781
1949 Ferrari 1995 Luigi Chinetti/Lord Selsdon 3178.28 132.420
1950 Talbot 4483 Louis Rosier/Jean-Louis Rosier 3465.12 144.380
1951 Jaguar 3441 Peter Walker/Peter Whitehead 3611.19 150.466
1952 Mercedes-Benz 2996 Hermann Lang/Fritz Riess 3733.80 155.575
1953 Jaguar 3441 Tony Rolt/Duncan Hamilton 4088.06 170.336
1954 Ferrari 4954 Maurice Trintignant/Jose Froilan Gonzales 4061.15 169.215
1955 Jaguar 3442 Mike Hawthorn/Ivor Bueb 4135.38 172.308
1956 Jaguar 3442 Ninian Sanderson/Ron Flockhart 4034.93 168.122
1957 Jaguar 3781 Ivor Bueb/Ron Flockhart 4397.11 183.217
1958 Ferrari 2953 Olivier Gendebien/Phil Hill 4101.93 170.914
1959 Aston Martin 2953 Roy Salvadori/Carroll Shelby 4347.90 181.163
1960 Ferrari 2958 Olivier Gendebien/Paul Frère 4217.53 175.730
1961 Ferrari 2961 Olivier Gendebien/Phil Hill 4476.58 186.527
1962 Ferrari 3967 Olivier Gendebien/Phil Hill 4451.26 185.469
1963 Ferrari 2953 Lodovico Scarfiotti/Lorenzo Bandini 4561.71 190.071
1964 Ferrari 3299 Jean Guichet/Nino Vaccarella 4695.31 195.638
1965 Ferrari 3286 Masten Gregory/Jochen Rindt 4677.11 194.880
1966 Ford 6982 Bruce McLaren/Chris Amon 4843.09 201.795
1967 Ford 6980 Dan Gurney/Antony Joseph Foyt 5232.90 218.038
1968 Ford 4942 Pedro Rodriguez/Lucien Bianchi 4452.88 185.536
1969 Ford 4942 Jacky Ickx/Jackie Oliver 4998.00 208.250
1970 Porsche 4494 Hans Hermann/Richard Attwood 4607.81 191.992
1971 Porsche 4907 Helmut Marko/Gijs Van Lennep 5335.31 222.304
1972 Matra-Simca 2993 Henri Pescarolo/Graham Hill 4691.34 195.472
1973 Matra 2993 Henri Pescarolo/Gérard Larousse 4853.95 202.247
1974 Matra 2993 Henri Pescarolo/Gérard Larousse 4606.57 191.940
1975 Gulf 2986 Jacky Ickx/Derek Bell 4595.58 191.484
1976 Porsche 2141T Jacky Ickx/Gijs Van Lennep 4769.92 198.748
1977 Porsche 2142T Jacky Ickx/Jürgen Barth/Hurley Haywood 4671.63 194.651
1978 Renault 1997T Didier Pironi/Jean-Pierre Jaussaud 5044.53 210.189
1979 Porsche 2994T Klaus Ludwig/Bill Whittington/Don Whittington 4173.93 173.913
1980 Rondeau 1993 Jean Rondeau/Jean-Pierre Jaussaud 4608.02 192.000
1981 Porsche 2649T Jacky Ickx/Derek Bell 4825.35 201.056
1982 Porsche 2649T Jacky Ickx/Derek Bell 4899.09 204.128
1983 Porsche 2649T Al Holbert/Hurley Haywood/Vern Schuppan 5047.93 210.330
1984 Porsche 2649T Henri Pescarolo/Klaus Ludwig 4900.28 204.178
1985 Porsche 2649T Klaus Ludwig/Paolo Barilla/John « Winter » 5088.51 212.021
1986 Porsche 2649T Derek Bell/Al Holbert/Hans Stuck 4972.73 207.197
1987 Porsche 2996T Derek Bell/Al Holbert/Hans Stuck 4791.78 199.657
1988 Jaguar 6999 Jan Lammers/Andy Wallace/Johnny Dumfries 5332.79 221.665
1989 Mercedes 5000T Jochen Mass/Stanley Dickens/Manuel Reuter 5265.12 219.990
1990 Jaguar 6999 Martin Brundle/John Nielsen/Price Cobb 4882.40 204.036
1991 Mazda 4708 Volkert Weidler/Johnny Herbert/Bertrand Gachot 4922.81 205.333
1992 Peugeot 3499 Derek Warwick/Yannick Dalmas/Mark Blundell 4787.20 199.340
1993 Peugeot 3499 Geoff Brabham/Éric Hélary/Christophe Bouchut 5100.00 213.358
1994 Dauer-Porsche 3000T Yannick Dalmas/Mauro Baldi/Hurley Haywood 4685.70 195.238
1995 McLaren 6064 Yannick Dalmas/JJ Letho/Masanori Sekiya 4055.80 168.992
1996 TWR-Porsche 2999T Manuel Reuter/Alexandre Wurz/Davy Jones 4814.40 200.600
1997 TWR-Porsche 2994T Michele Alboreto/Stefan Johansson/Tom Kristensen 4909.60 204.186
1998 Porsche 3200T Allan McNish/Stéphane Ortelli/Laurent Aiello 4775.33 199.326
1999 BMW 5990 A Yannick Dalmas/Joachim Winkelhock/PierLuigi Martini 4967.90 199.326
2000 Audi 3596 T Tom Kristensen/Frank Biela/Emanuele Pirro 5007.99 208.666
2001 Audi 3597 T Tom Kristensen/Frank Biela/Emanuele Pirro 4367.21 180.949
2002 Audi 3597 T Tom Kristensen/Frank Biela/Emanuele Pirro 5118.75 213.068
2003 Bentley 3597 T Tom Kristensen/Rinaldo Capello/Guy Smith 5143.93 214.330
2004 Audi 3597 T Tom Kristensen/Rinaldo Capello/Seiji Ara 5169.97 215.415
2005 Audi 3597 T Tom Kristensen/JJ Lehto/Marco Werner 5050.50 210.216
2006 Audi 5499 T Marco Werner/Frank Biela/Emanuele Pirro 5169.90 215.412
2007 Audi 5499 T Marco Werner/Frank Biela/Emanuele Pirro 5029.10 209.152
2008 Audi 5499 T Rinaldo Capello/Allan McNish/Tom Kristensen 5192.6 216.300
2009 Peugeot 5500 T David Brabham /Alexandre Wurz/Marc Gene 5206.3 216.664

Nombres de victoires au Mans:
En Gris : 2 victoires.
En Violet : 3 victoires.
En Vert: 4 victoires.
En Rouge : 5 victoires.
En Bleu : 6 victoires (à ce jour, seuls Jacky Ickx et Tom Kristensen ont accompli cet exploit).
En Orange : 7 victoires (à ce jour, Tom Kristensen).
En turquoise : 8 victoires (à ce jour, Tom Kristensen).

D’après la page perso.: http://passionnemans.free.fr/histoire/histoire.html

Retour au début

%d blogueurs aiment cette page :