Jaguar F-Pace, le fauve s’est germanisé

Dernières Nouvelles de l'industrie

Jaguar F-Pace, le fauve s’est germanisé

Après plus de quatre vingt dix ans d’existence, le passage sous le giron de Ford en 1990 et enfin sous le contrôle de l’indien TATA depuis 2008, la firme de Coventry succombe à la mode des SUV. Rien à faire Sir, « Business is Business »… la mode est Outre-Rhin, du côté de nos frangins, les allemands, qui ont fait du segment des SUV une mine d’or…

Bref, Jaguar a présenté son premier SUV, en début de cette année 2016, pour concurrencer le « plus in » de tous, citons le PORSCHE MACAN.

Nous avons eu en ce mois de décembre 2016, le fauve pour un essai haut en couleur, malgré un ciel gris et brumeux très proche de l’ambiance londonienne. Le fauve a été assez convaincant dans l’ensemble, le design -très réussi pour un premier essai- est celui de la bête bondissante, la présentation générale est fidèle à la marque sauf que pour cette fois ci les germaniques ont vraiment eu une mauvaise influence dirait le puriste pour notre modèle d’essai, puisque la présentation intérieure est loin de ce que nous avait habitué la marque des ‘sir’ anglais, pas de bi-ton sur la planche de bord, les plastiques sont bon même très bon en terme de qualité et d’ajustement, mais sur une Jaguar on n’a pas trop envie de voir ça… Les plastiques. On ne veut que du cuir, du bois et des boutons chromées !!!!

Le passage chez Ford tel qu’énoncé précédemment a eu son effet et a même laissé un héritage à TATA, le FUV (Fauve Utility Vehicule) se motorise en diesel, blasphème dirait on il y a tout juste 15 ans… mais pas dans ces temps ou tout le monde cherche l’économie de carburant (on se croirait déjà arrivés à l’ère MADMAX ou l’essence est une denrée rare pour laquelle les gens s’entre-tuent), le fauve est donc assez sage sur notre modèle d’essai (180 Ch DIN) on a donc pas pu le voir vraiment bondir, mais il court quand même assez bien dans la savane d’Amérique du Sud avec ses bottes là…on attend de pied ferme que Alpha International, met à notre disposition un jaguar qui bondit avec peut être une motorisation V6 Diesel de 300 Ch ou bien le V6 essence suralimenté de 340 Ch, pour l’essai.

Sur les sentiers… la route à vrai dire, le Fauve se comporte comme jadis toutes les Jaguar, Royal mais lourd, on est donc sérieusement dans une Jaguar et le châssis assez bien conçu, suis les mouvements de la caisse et assure une trajectoire précise, mais il faudrait quand même tester une version plus performante pour vraiment juger de ses qualités en terme de suivi de mouvement et précision de direction qu’impose le poids du véhicule qui tourne, tout de même, autour des 1800 Kgs.

Jaguar nous gâte sur ce modèle, malgré sa germanisation confirmée, par des détails dignes des Sir, à savoir, les revêtement en velours et sur les bords de jointures des portières arrières, les double jointures au niveau des portières en général, la conception et le design des portières, « en portes de coffre fort », ce qui accentue l’aspect traitement de valeurs au conducteur et aux passagers, on intègre même au niveau du système multimédia/contrôle de la voiture une configuration Voiturier, qui nous permet d’être sûr que le voiturier des grands palaces, n’ira pas bidouiller dans notre système multimédia ou utilisera n’importe qu’elle autre fonction avancée du véhicule.

On vous invite à regarder notre vidéo pour découvrir le fauve dans sa version 2.0D 180 Ch DIN en attendant un essai d’une des deux variantes démoniaques à Moteurs V6 à savoir le Diesel 700 Nm de couple ou l’Essence avec 450 Nm de couple….

Et une galerie pour regarder quelques détails de la bête de Conventry…

Retour au début

%d blogueurs aiment cette page :