AMG, un demi siècle de sport automobile

Dernières Nouvelles de l'industrie

AMG, un demi siècle de sport automobile

Quand on a 14 ans, on remarque de tout, la nature, les couleurs, les filles, les enseignes, les affichages… et si en plus, on est mordu de bagnoles, à l’arrière de la voiture de mon père, j’ai remarqué sur une Mercedes Benz type W124, qui nous a doublé, trois lettres… AMG. C’était un matin ensoleillé de l’hiver 1989, à Tunis, au Bardo (banlieue ouest de Tunis) exactement… y’avait pas internet, en revanche, y’avait d’un coté, les mécano (autodidactes généralement) et de l’autre coté, les livres (il fallait les chercher). La deuxième alternative est plus probable, mon père ainsi que mes oncles sont de fins connaisseurs, même amoureux de tout ce qui roule… en vain.

Profitant d’un voyage à Paris, direction la concession Mercedes Benz, les Champs Elysée, qui devant mes questions interminables, me redirige 80, rue Longchamps, une concession spécialisée dans le luxe, le sport et la remise en état des anciennes. Je tombe sur la bible de l’automobile, on a le temps de m’expliquer…

AMG, un rêve de deux amoureux de la firme à l’étoile, l’un ingénieur chez Mercedes, Hans-Werner Aufrecht et son partenaire dans le rôle du financier Erhard Melcher. Ils travaillaient la nuit pour développer une voiture sportive qui pouvait concurrencer les Bmw’s et autres Porsche’s sur les circuits, dans la petite ville de Großaspach à 40 Kms de Stuttgart

Et les efforts paient, grâce à son engagement passionné dans lʼunivers du sport automobile, AMG a su developper des innovations avant-gardistes comme l’injection sur le V8 et garantir des performances routières, à la limite des lois de la physique, et des sensations de conduite inoubliables. Qui dit AMG, dit 177 victoires sur circuit, 10 titres de pilote, 13 titres dʼéquipe et 6 titres de constructeur, AMG ensuite Mercedes-AMG est la marque qui enregistre le plus de succès dans lʼhistoire du DTM, le plus exigeant des championnats de voitures de tourisme au monde. La Classe C, génération après génération, sʼest par ailleurs illustrée comme étant la voiture de tourisme ayant décroché le plus de victoires dans toute lʼhistoire de ce championnat. Impossible de faire le bilan des succès dʼAMG sans évoquer le Championnat du monde FIA GT durant lequel AMG a remporté chacune des 11 courses au cours de la saison 1998 avec le CLK GTR et le CLK-LM.

Revenons un peu sur les impressionnantes réalisations de la firme AMG, qui crée le slogan « ONE MAN, ONE ENGINE« , alors en:

  • 1971 : le 25 juillet, une Mercedes-Benz 300 SEL 6.8, considérablement modifiée par AMG, arrache la deuxième position au classement général de la course des 24 heures de Spa-Francorchamps. Les pilotes chevronnés Hans Heyer et Clemens Schickentanz se succèdent au volant de cette berline de course de 315 kW (428 ch). Ce coup de maître permet dʼemblée à AMG de se forger un nom dans lʼunivers de la compétition automobile. Même le journal télévisé allemand « Tagesschau » consacre un reportage à cette victoire inattendue.
    Une légende vient de naître.
  • 1972 : au mois de mars, le 300 SEL 6.8 AMG, arborant désormais une peinture jaune, participe aux essais préliminaires des 24 Heures du Mans. Toutefois, il ne prendra pas le départ de la course en juillet. Il participera cependant à dʼautres concours et notamment à la course des 24 heures du Nürburgring fin juin et aux 200 miles de Nuremberg le 6 août 1972 sur le circuit du Norisring. A cette occasion, Hans Heyer décroche la victoire dans la catégorie « Voitures de tourisme de série et spéciales de plus de 2000 cm3 de cylindrée » et signe la fin de la carrière de la 6.8., de nouveau peinte en rouge. La voiture sera ensuite vendue au conglomérat français Matra et modifiée pour la réalisation de tests de vitesse de pneus dʼavion.
  • 1980 : Clemens Schickentanz et Jörg Denzel remportent avec le Mercedes-Benz 450 SLC AMG de 276 kW (375 ch) le Grand Prix des Voitures de tourisme sur la boucle nord du Nürburgring. Après deux années de développement, le spectaculaire coupé à la sonorité infernale a rempli sa part du contrat : obtenir le savoir-faire technique pour les voitures de tourisme mais aussi décrocher des victoires assurant un réel impact médiatique.
  • 1986 : Volker Weidler remporte dans le cadre du très ambitieux Championnat allemand des voitures de tourisme DTM la course de lʼEifel et la course de lʼAvus au volant dʼune Mercedes-Benz
    190 E 2.3-16 de lʼécurie privée Dr. Helmut Marko préparée par AMG. Le pilote Volker Weidler remporte en outre le titre de vice-champion du Championnat DT. Dʼautres places sur le podium assoient la réputation dʼAMG en tant que constructeur dʼengins dotés dʼune technologie fiable et capable dʼassurer des victoires.
  • 1987 : AMG développe de son propre chef une version de course DTM du 500 SEC conformément au règlement du groupe A et met au point une voiture de course au cours de lʼhiver 1987/1988. Toutefois, à défaut dʼobtenir lʼhomologation requise, le gros bolide au V8 finit par disparaître dans un garage.

    1989 AMG succeeded in giving a saloon car sports-car performance with the 300 E 6.0.

  • 1988 marque le début de la collaboration officielle entre Mercedes-Benz et AMG dans lʼunivers du sport automobile. Le travail dʼéquipe est dʼemblée une réussite : les nouvelles AMG-Mercedes 190 E 2.3-16 permettent à Johnny Cecotto et Danny Snobek de décrocher six victoires auxquelles sʼajoutent quelques deuxièmes places inscrites par Roland Asch et Alain Cudini.
  • 1989 : AMG sʼimpose comme le meilleur team du DTM avec la version évoluée du 190 E 2.5-16 Evolution I. Klaus Ludwig et Kurt Thiim inscrivent sept victoires.
  • 1989 : AMG prend le départ des 24 heures du Nürburgring et de Spa‑Francorchamps au volant du 500 SEC. Après une modification en profondeur, le moteur huit cylindres de 5,0 litres du grand coupé délivre 338 kW (460 ch). La boîte de vitesses automatique à quatre rapports a été remplacée par une boîte mécanique à cinq rapports. Pour se conformer au règlement, le coupé de luxe doit être allégé et passer de 1 660 kg à 1 340 kg.
  • 1990 : plus puissant et remanié en profondeur en termes dʼaérodynamisme, le 190 E 2.5-16 Evolution II est dévoilé au public. Le déflecteur arrière en hauteur et les élargisseurs dʼaile imposants témoignent dʼune soufflerie très raffinée. Les 502 exemplaires construits pour décrocher lʼhomologation se transforment très vite en pièces de collection très recherchées. Avec quatre victoires signées Kurt Thiim et Klaus Ludwig, AMG inscrit son nom sur les statistiques du succès du Championnat DTM.
  • 1991 : Klaus Ludwig et Kurt Thiim remportent six victoires avec
    lʼ« Evo II », dont quatre lors des courses sur le Nürburgring. Klaus Ludwig décroche le titre de vice-champion, AMG se hisse en tête du classement des équipes.
  • 1992 : Sʼil est une compétition qui attire inexorablement les foules, le Championnat DTM est celle-là : plus de 150 millions de spectateurs suivent les courses sur les circuits et devant leur écran. AMG célèbre une magnifique année en sport automobile : avec 16 victoires à son actif, lʼentreprise se hisse en tête du classement des équipes, Mercedes-Benz se place une nouvelle fois en tête du classement des marques. Klaus Ludwig termine Champion de DTM sur la AMG‑Mercedes 190 E 2.5-16 Evolution II, Kurt Thiim est sacré vice-champion. Ellen Lohr est la première femme à décrocher la victoire dʼune course de DTM sur le circuit de Hockenheim. Pilote pour AMG, lʼex-champion du monde de Formule 1 Keke Rosberg décroche immédiatement la victoire lors de la première course à Wunstorf. Il sera lʼinitiateur dʼune série de personnalités-pilotes qui perdure aujourdʼhui encore. Avec quatre titres de champion à son actif, Bernd Schneider, issu de la génération montante, se profile comme un pilote très talentueux qui ne tardera pas à entrer dans les annales de lʼhistoire des voitures de tourisme de compétition.
  • 1993 : Roland Asch décroche le titre de vice-champion du Championnat DTM sur AMG-Mercedes lors de la dernière saison de la 190 E. La voiture de course quatre cylindres franchit au total sept fois la ligne dʼarrivée en tête dans lʼétape de développement « catégorie 1 » à lʼoccasion des adieux de Bernd Schneider, Klaus Ludwig et Roland Asch. Au classement général du Championnat DTM, six Mercedes-Benz se placent en-dessous des dix premiers arrivés.
  • 1994 : démarrage sensationnel de la nouvelle AMG-Mercedes Classe C dotée dʼun moteur six cylindres : la nouvelle voiture de course sʼimpose comme la référence pour tous les concurrents. Avec trois victoires et de nombreuses places sur les podiums, Klaus Ludwig décroche dʼemblée le titre de champion du DTM. Jörg van Ommen est sacré vice-champion. Kurt Thiim, Bernd Schneider et Jörg van Ommen remportent cinq autres places de numéro 1.
  • 1995 : AMG défend son titre des marques et remporte pour la troisième fois le Championnat DTM et le titre du nouveau Championnat ITC (International Touringcar Championship). Dans les deux cas, cʼest Bernd Schneider sur AMG-Mercedes Classe C qui remporte le titre de champion. Cette année-là, Bernd Schneider, la star des shootings, inscrit onze victoires à son actif ; Dario Franchitti parvient à se placer une fois en tête. Jörg van Ommen décroche une nouvelle fois le titre de vice-champion.
  • 1996 : Bernd Schneider décroche le titre de vice-champion de lʼITC sur AMG-Mercedes. Bernd Schneider, Dario Franchitti, Jörg van Ommen et Jan Magnussen remportent sept courses avec la Classe C. Le Championnat DTM se termine prématurément suite au retrait des concurrents Alfa Romeo et Opel. AMG se retrouve sans concurrent. A la fin de lʼannée, elle se met en quête dʼun nouveau domaine dans le monde du sport automobile.
  • 1996 : la C 36 AMG devient le tout premier « Official F1 Safety Car » et « Official F1 Medical Car » de Mercedes-AMG. Elle marque le début dʼune longue tradition qui perdure aujourdʼhui encore.
  • 1997 : le nouveau Championnat international FIA-GT appelle des défis passionnants. En seulement 128 jours, le team AMG Motorsport construit une voiture de sport entièrement nouvelle pour la catégorie GT1 : le CLK-GTR. Le châssis et la carrosserie de cette nouvelle-venue sont conçus dans un alliage de fibres de carbone et intègrent un arceau de sécurité en acier. Le moteur et la boîte de vitesses occupent une fonction support. Le moteur est implanté directement devant lʼessieu arrière et a été développé à partir du V12 de 6,0 litres de la Mercedes-Benz S 600. A partir de sa cylindrée de 6,9 litres, il délivre jusquʼà 450 kW (612 ch) à 6 800 tr/min, et son couple maximal sʼélève à 775 Nm à 5 250 tr/min.
  • La puissance est transmise aux roues arrière par lʼintermédiaire dʼune boîte séquentielle à 6 rapports, ce qui permet au CLK-GTR dʼatteindre sa vitesse maxi de plus de 320 km/h et de réaliser le sprint de 0 à 100 km/h en seulement 3,7 secondes. Les passages de rapports se font au volant au moyen de palettes de commande de boîte de conception inédite. Ces innovations et bien dʼautres seront plus tard intégrées à la production en série. Elles témoignent du transfert de technologie permanent de lʼunivers du sport automobile aux véhicules routiers.
  • En matière de pilotes, la marque attire des pointures telles que Bernd Schneider et Klaus Ludwig. Des pilotes ambitieux tels que Bernd Mayländer, Alexander Wurz ou encore Marcel Tiemann viendront par ailleurs compléter la liste. Issu de la Formule 1, Alessandro Nannini rejoint également les troupes. La recette se révèle un gage de réussite :
    AMG remporte six courses et Bernd Schneider remporte dʼemblée le Championnat. Cinq des dix premières places sont occupées par des engins dʼAffalterbach. Même Ralf Schumacher, qui effectue à lʼépoque ses premiers tours de piste en Formule 1 chez Jordan, pilotera une fois cette Flèche dʼArgent, sur le Circuit de Spa-Francorchamps.
  • 1998 : suprématie absolue dʼAMG-Mercedes lors de la FIA-GT : le CLK‑GTR et son successeur, le CLK-LM doté dʼun moteur V8 remportent les onze courses du Championnat. Le team Klaus Ludwig/Ricardo Zonta sʼassure le titre des pilotes, AMG-Mercedes décroche le titre des constructeurs. Bernd Schneider et Mark Webber sont sacrés vice-champions.
  • 2000 : le DTM (Deutsche Tourenwagen Master) fait son retour en grande pompe. AMG est de nouveau sur la ligne de départ avec le tout nouveau CLK-DTM basé sur le nouveau coupé ; il est piloté par Bernd Schneider et Klaus Ludwig. Cette association imbattable aura immédiatement un impact décisif sur le Championnat. Bernd Schneider remporte six victoires et Klaus Ludwig gagne deux courses.
  • 2001 : les succès engrangés lʼannée précédente se répètent : Bernd Schneider décroche le titre de Champion des Pilotes au volant du CLK‑DTM, la tête du classement des constructeurs revient au team AMG. La voiture de course au moteur V8 est un authentique faiseur de champions : à son volant, Uwe Alzen remporte deux courses ; Bernd Mayländer, Peter Dumbreck et Marcel Fässler se hissent chacun une fois sur la première marche du podium.
  • 2002 : Mercedes-AMG poursuit son engagement en DTM avec une nouvelle édition du CLK-DTM. Après 201 participations à des Grand‑Prix, lʼancien pilote de Formule 1 Jean Alesi rejoint le team Mercedes-AMG. Bernd Schneider est sacré vice-champion, Vodafone AMG-Mercedes décroche le titre au classement des teams, Mercedes‑Benz celui du classement des marques.
  • 2003 : des succès en chaîne : Bernd Schneider remporte son quatrième titre de champion de DTM au volant du CLK-DTM. Christijan Albers, son collègue au sein du team, est sacré vice-champion. Mercedes-AMG défend son titre au classement des teams, Mercedes-Benz remporte neuf des dix courses et décroche une nouvelle fois la première place au classement des constructeurs.
  • 2004 : la Classe C DTM remplace le victorieux CLK-DTM. Gary Paffett, la nouvelle star, est sacré vice-champion. AMG et Mercedes-Benz occupent respectivement la deuxième place du classement des teams et des constructeurs.
  • 2005 : grâce au duel très serré avec Audi, la saison 2005 de DTM se révèle être lʼune des plus passionnantes de son histoire. Le nom inscrit en tête du classement changera à sept reprises. Gary Paffett, pilote Mercedes-Benz, décrochera la victoire avec 5 victoires contre 3 pour son poursuivant, Mattias Ekström. Mika Häkkinen, double champion du monde de Formule 1, en 1998 et 1999, vient consolider le team DTM de Mercedes-AMG et décroche la victoire lors de la troisième course de la saison à Spa-Francorchamps.
  • 2006 : avec son cinquième titre de champion, Bernd Schneider signe le couronnement de cette passionnante saison. Avec une victoire lors de la dernière course, le pilote Mercedes Bruno Spengler sʼoctroie le titre de vice-champion. Le titre de champion des teams revient à Mercedes-AMG. Grâce à ces succès, la Classe C sʼimpose, avec sa devancière – la 190 – comme la voiture de tourisme la plus titrée du Championnat DTM.
  • 2007 : lʼentreprise aborde la nouvelle saison avec la nouvelle Mercedes-AMG Classe C. Le V8 à angle dʼouverture de 90 degrés, quatre litres de cylindrée et quatre soupapes par cylindre a fait lʼobjet de nouvelles optimisations. Il délivre 350 kW (470 ch) pour un régime de 7 500 tr/min et développe un couple maximal de 500 Nm. Les pilotes se nomment Bernd Schneider, Mika Häkkinen, Bruno Spengler et Jamie Green.
  • 2011 : lʼentrée dans lʼunivers exclusif de la compétition client se fait avec le SLS AMG GT3.
  • 2012 : au cours de la saison de sport automobile 2012, le team clients Mercedes-AMG actif sur la scène internationale, réalise une grande performance. Avec neuf titres et 43 victoires, le SLS AMG GT3 inscrit de nombreux succès impressionnants sur quatre continents.
  • 2013 : le SLS AMG GT3 remporte toutes les 24 heures importantes : Dubai, Nürburgring, Spa-Francorchamps.
  • 2014 : le team Mercedes-AMG Petronas F1 remporte avec Lewis Hamilton le titre de Champion du monde des Pilotes de Formule 1 FIA et le titre des constructeurs avec la voiture de course hybride Mercedes F1 W05. Cʼest la première fois depuis le titre de Champion des Constructeurs décroché en 1958 quʼun team allemand remporte la victoire. Nico Rosberg, collègue du team, est sacré vice-champion.
  • 2015 : Mercedes-AMG Petronas et Lewis Hamilton inscrivent une nouvelle fois un doublé lors du Championnat de Formule 1 FIA, Nico Rosberg est encore sacré vice-champion du monde.
  • 2015 : Pascal Wehrlein devient champion de DTM au volant du Mercedes-AMG Classe C Coupé. Il est par ailleurs pilote dʼessai et remplaçant en Formule 1.
  • 2016 : la Mercedes-AMG GT3 reprend le flambeau de la compétition client. Lors de lʼédition 2016 de la course des 24 heures ADAC Zurich sur le Nürburgring, les quatre premières places ont été occupées par des équipes dotées dʼune Mercedes-AMG GT3.
  • 2016 : le Mercedes-AMG Petronas F1 Team décroche son troisième titre consécutif de Champion du monde des Constructeurs, Nico Rosberg est sacré Champion du monde des Pilotes et Lewis Hamilton termine vice-champion du monde.

GALERIE PHOTOS:

Retour au début

%d blogueurs aiment cette page :